Réflexions ménagères et shikibulles de savon

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mercredi, janvier 22 2014

Solution à la crise N° 2 : Sortez les sous !

Cette fois, c'est pas un fait historique qui a inspiré cette solution mais le ras le bol d'entendre que les fonctionnaires coutent trop cher, quelles services publics sont à réduire etc.

Je pourrais vous faire un topo que l'utilité des services publics, de la prise en charge des besoin fondamentaux de la population (santé, justice, éducation..) mais j'ai bien peur de parler dans le vide. Les convaincus ne sont plus à convaincre, les non convaincus ne seront pas convaincus (je suis forcément influencée).

J'ai donc réfléchi a une solution qui ne serait pas trop désagréable pour tout le monde et qui permettrait de coûter moins cher à nos impôts.

En effet, l'argument massue des anti, c'est de dire qu'on coûte trop cher, surtout vu les résultats, que nos impôts n'arrêtent pas d'augmenter à cause de ça et qu'il y a des parasites. Si c'était vraiment le cas, la participation forfaitaire aurait du faire baisser les consultations chez les médecins (au moins celles des parasites) et les réductions de personnel auraient dpi sérieusement alléger notre fiche d'imposition. Hors, il n'en est rien.

Alors prenons le problème autrement. Soit on a besoin d'un service public (qui utiliserait les services de l'école s'il n'avait pas d'enfant ? ) et on est bien content de le trouver pas trop cher, soit on crache dans la soupe et donc on a les moyens de le faire. Alors pour éviter de faire long la proposition est simple. Faire payer en fonction de ses revenus les services publics et ce de façon proportionnelle.

Genre, en dessous d'un certain revenu (mettons le revenu médian plus 10%) tout est gratuit. Au dessus, on prend la fiche d'imposition, on regarde de combien on dépasse, et on attribue une carte avec un pourcentage du tarif à payer. Alors pas des gros pourcentages au début, parce que 1% d'une journée d'hôpital ça peut revenir cher (c'est entre 1200 et plusieurs milliers euros par jour selon les soins, une journée d'hôpital).

L'idée n'est pas de sanctionner une partie de la population, mais puisque les riches peuvent payer, autant les faire participer aux fonctionnement de l'Etat, ça nous changera que ce ne soit pas toujours nous. Et s'il veulent aller dans le privé, c'est leur choix, mais plus de remboursement du tout. Après tout, c'est leur choix. Je ne vois pas pourquoi mes impôts laïques devraient payer les cours de catéchisme de mes voisins. On peut même faire dans le détail : les écoles contractualisées du privé continuent de recevoir des sous de l'Etat, sauf pour payer le cours de religion, qui serait à la charge des parents.

Par contre, on augmente les remboursement de trucs essentiels (la vue, les dents, les accessoires permettant de compenser un handicap et les aides ménagères pour les gens infirmes ou handicapés). Si il y a des sous qui rentrent, on devrait pouvoir se le permettre.

Bon il y a des détails à régler. Quel pourcentage pour quel revenu ? revoir les soins dits de conforts et de besoin (demandez à un aveugle si c'est pratique de passer l'aspirateur ou de faire la poussière, et demandez à quelqu'un à qui il manque des dents si c'est plus facile de manger), garantir la meilleure qualité des soins dans TOUS les hôpitaux publics pour éviter une santé à deux vitesse, idem pour l'école et les tribunaux, les communications (vous avez essayé de trouver du boulot sans téléphone ? ), et du coup imposer une sorte de répartition géographique équitable de tous les services.

Alors certes ça implique une plus grande présence de l'Etat dans ces services et dans la vie de ceux qui bossent dans ces services. Certes, ça fait un peu communiste sur les bords. Mais puisque la libéralisation des hôpitaux, des universités et de la Poste ne semblent pas avoir apporté grand-chose de mieux, peut être pourrait-on tenter quelques années le système inverse, histoire de voir si ça tient déjà, et peut-être trouver une troisième voix plus adaptée ou plus efficace.

samedi, janvier 11 2014

Grossesse versus épanouissement

Alors en général on vous parle de la grossesse avec en fond pictural un gros ventre à l'air, entouré de tissus doux ou soyeux, une belle fleur simple et naturelle pas loin du nombril et une femm avec un sourire jusqu'aux oreilles.

" C'est le moment où je me suis sentie le plus femme !! " , " C'est une période merveilleuse où tu sens la vie en toi ! " ... Vous avez tous ce genre de phrases en tête qu'on associe à une grossesse épanouie.

Oué, alors faut relativiser. D'abord parce qu'avoir un ventre gros comme ... comme quoi d'ailleurs ? une citrouille qui aurait remporté le prix de la plus grosse citrouille du monde ? oué donc avoir un ventre gros comme ça, ça a des impacts insoupçonnés.

1) oubliez les chaussures à lacet, les collants, les chaussettes, le verni à ongle. Ou alors prévoyez plusieurs heures pour les mettre. Vospieds ne se sont pas éloigner, c'est juste qu'il y a l'Himalaya entre vos mains et eux.

2) ne pensez plus à courir. Enfin pas si vous voulez éviter l'essoufflement au bout de 20 mètres, l'hypoventilation au bout de 25 et l'agonie au bout de 30. Parce que votre rejeton tasse tout le plus haut possible dans votre cage thoracique, donc vous respirez moins bien. Par contre attendez vous à être essoufflé dès que vous ferez une phrase de plusieurs mots.

3) Habituez-vous à dormir sur le côté AVANT de tomber enceinte.

4) pensez à porter des bavoirs ou des torchons pendant que vous mangez. Le ventre rebondi semble attirer, tel un nouveau centre gravitationnel tout ce qui pourrait se retrouver dans votre bouche. Ah et tant que j'y suis, synchronisez avec votre bébé les moments de repas. Un coup de pied de sa part peut tout faire basculer !

Donc quand on est enceinte, on est souvent à la limite de l'évanouissement par asphyxie, le ventre taché, les lacets défaits et avec un torticolis dû à une mauvaise position dans le lit. Essayez d'être épanouie indépendamment de tout ça et vous verrez que c'est pas si facile. D'autant que ce sont des petits tracas. Je vous passerai les déboitements du bassin, les éventration (ou déchirures musculaire des ados), les problèmes de circulation, les placenta décollés, les lombaires décalés, les brûlures d'estomacs, les insomnies, les douleurs ligamentaires, l'impossibilité de prendre le moindre médicament contre la première crève qui passe, la peau qui se détend, les seins qui font mal...

Par contre, sachez le, dire ce qui ne va pas, ça gonfle tout le monde et c'est limite un appel à l'internement. Car une future maman doit juste donner l'impression de ne pas toucher terre pendant neufs mois, sinon c'est qu'elle déprime. Râler, c'est aussi de la déprime. Même si, ne vous en faites pas, toutes les futures mères ont eu l'impression qu'il leur faudrait un treuil pour se lever au moins 3 mois durant leur grossesse. Mais ça ne se dit pas non plus, c'est du râlage !

samedi, janvier 4 2014

Solution à la crise N° 1 : au piquet !

Nouvelle rubrique, pour nouvelle année (ah oui au fait bonne et heureuse année 2014).

Vous l'avez peut être remarqué, mais il paraît que c'est la crise. Enfin ça fait longtemps qu'on pédale dans la choucroute, mais depuis 2008, il paraît que c'est pire. Personnellement, mes premiers souvenirs politiques remontent à 95 environ, donc j'ai l'impression que c'est la crise depuis un petit peu plus que 6 ans. Mais bon passons.

Et donc, entre le café et les tartines, avec L'Homme, on s'amuse à essayer de trouver des solutions. N'étant pas politologues/économistes/journalistes/analystes/prof de fac à Sciences po ou l'ENA, vous vous doutez bien que ça relève plus de la brève de comptoir que du réalisme. Mais au moins on en rigole et c'est déjà pas mal.

La première solution, prônée par L'Homme depuis déjà bien longtemps trouve son fondement (huhuhuhu, vous comprendrez après) dans l'histoire et la légende. Plus précisément dans le vécu de Vlad Tépes, celui qui a inspiré Dracula (pour les deux NERDS du fond, on se calme, il faut bien remettre tout le monde à niveau en début de cession).

Donc Vlad a eu une vie tumultueuse. Otage des Turcs dans son enfance, récupéré par son père quand le grand frère est mort et qu'il a fallu qu'il récupère le trône, trône d'un pays situé entre les musulmans et les chrétiens en pleine croisade, on peut dire qu'il a été gâté du côté des bouleversements politiques. En gros il a servi de tampon entre les Turcs (plus grande puissance militaire d'Europe de l'Est de l'époque) et l'Europe de l'ouest catholique et un peu trouillarde sur les bords. Vlad aurait pu pendre son père avec les entrailles de sa mère, je crois que l'Eglise lui aurait pardonné, tellement elle avait peur qu'il fasse ami/ami avec les Turcs.

Mais non, il a tenu bon (sans doute un reste de traumatisme de sa détention de quand il était petit). Par contre il avait des méthodes... comment dire... un peu expéditives. Il empalait gaiement à tour de bras pour des raisons parfois un peu légères (vous commencez à saisir le lien entre le fondement et le piquet du titre ? ).

Il faut lui reconnaître une certaine efficacité à l'époque : chute de la criminalité et de la corruption, recul des armées Turcs qui ont eut tellement les foies de se faire empaler qu'ils ont préféré éviter une ou deux batailles et sont rentrés chez eux, baisse des plaintes et des mécontentements.

Alors bien sûr, tout n'était pas parfait et c'était au Moyen-Age, mais L'Homme persiste à croire qu'un petit tour au piquet de certains de nos dirigeants/PDG de grandes entreprises/journalistes ne pourraient pas faire de mal.

Exemple :

Prenez les 10 premiers dirigeant du CAC 40 et demandez leur de payer les impôts que des montages financiers leur permettent de ne pas payer. S'ils disent non, empalez-les et nationalisez les entreprises. Allez voir les 10 suivants et recommencez. Je ne suis pas sûre qu'il faille aller à 30 gugusses pour obtenir des résultats.

Vous pouvez appliquer cette méthode à à peu près toutes les classes dirigeantes ou financières, on est certain que ça reboucherait le déficit public en un rien de temps.

Alors oui, vous pouvez me dire que cette méthode est barbare, violente, cruelle, injuste. Mais je n'ai jamais précisé que cette rubrique devait être prise au sérieux, et encore moins suivie d'effets !

dimanche, juin 9 2013

Quelques années plus tard

Bonjour à tous !

Un an et demi que je n'ai pas posté. Je pourrais vous dire que je n'avais plus le temps, plus la gniak, plus l'envie, plus l'inspiration. C'est faux.

Je me disais juste que vous seriez contents de trouver des pub pour élargeurs de pénis, assurance auto/moto/bateau/fusée pas chères, perte de cheveux/de poids/d'appétit sexuel, prise de poids/de risque/d'argent, sans oublier les innombrables chances de devenir riche en trois cliques et deux minutes.

J'espère que vous en avez bien profité car c'est terminé.

I'm back.

samedi, octobre 6 2012

Nouveau langage

Lorsqu'un enfant découvre la parole, on s'extasie, on s'ébahit et souvent on ne comprend rien. Sous prétexte d'apprendre le Roi Lézard déforme le français et le ressort sous une autres forme avec une autre grammaire.

Voici quelques mots dont je vous donnerai la traduction plus tard, je vous laisse une semaine pour déchiffrer.

Poupil :

cavère:

canionru :

Totoyo (facile celui-là)

Lala :

clic clac :

couisine (attention il y a un piège) :

Canionpinpon :

potage (rien à voir avec la soupe) :

aaaaaaah pouta !!!! (facile aussi) :

Sur ce je retourne au boulot.

jeudi, septembre 6 2012

C'était la rentrée

J'ai une super excuse, pour ne pas avoir posté :

c'était al rentrée et comme chaque année ça a été un florilège de bazar en tout genre. Je me retrouve donc avec un triple niveau. On me dit dans mon oreillette que les niveaux simples existent, mais je n'en ai jamais croisé. Ca doit être une espèce de Dahut de l'Education Nationale.

Par contre je suis en maternelle. Donc j'ai tous les niveaux de la maternelle dans ma classe. Du coup, je découvre le bonheur de voir des grands tutoyer les petits pour apprendre à ranger les objets, à se mettre en rang, à aller faire pipi, à faire du sport, à ... à tout en fait.

Mais la grande nouveauté, c'est que j'ai une collègue qui fait du Freinet. Et qu'elle veut bien qu'on bosse ensemble.

Du Freinet.... Je n'étais pas encore inscrite au concours que je voulais déjà en faire ... Alors là, en maternelle avec une qui se lance un peu comme moi (elle n'a eu qu'une semaine de formation il y a trois semaines), ça ressemble à une équipée sauvage de l'instruction au pays des bisounours.

Freinet c'était un prof des années 30 à 60 qui pensait que si les élèves s'ennuyaient c'était parce que l'école n'était pas faite pour les intéresser. Et que si les élèves s'ennuyaient, ils réussissaient moins bien. Donc ça faisait un tri dès l'école entre ceux qui réussiraient et les autres. Hors, Freinet, croyait dur comme fer à l'élévation par l'instruction. Donc il a créé tout un système pour que les élèves s'intéressent et apprennent avec plaisir. Et pour ça il fallait partir de ce qui les intéressaient. Il a introduit le journal et l'imprimerie dans l'école. Les élèves n'apprenaient plus à lire pour écrire, mais à écrire pour lire. Et ils écrivaient ce qui leur faisaient envie et lisaient les papiers des copains qui leur faisaient envie.

A mon niveau je ne vais pas leur apprendre à écrire. Juste à comprendre comment tracer des lettres et la disposition des mots. Aujourd'hui j'ai fait mon premier vrai cours Freinet... Graphisme... Consigne : écrivez ce que vous voulez.

Il a fallu 10 bonnes minutes de palabres pour que les élèves comprennent qu'ils étaient LIBRES. Mais écrire, tu veux dire écrire ? Mais on sait pas écrire ! ah bah si des lettres et mon prénom moi je sais écrire ça ! Mais ça doit pas ça que tu veux ...

Si si, c'était ça : des lettres en vrac, des mots en vrac, attachés pas attachés, cursive pas cursive, bâton pas bâton, graphisme pas graphisme. Ecrivez CE QUE VOUS VOULEZ.

10 minutes de silence appliqué avec 12 enfants de 5 ans dans la pièce. On aurait pu entendre une mouche voler ...

Au bout de 10 minutes les premiers m'ont tendu leur feuille, vite accrochée au tableau. Quand elles y furent toutes, rappel de la classe : regardez le travail que vous avez fait, qu'en pensez-vous ?

En même pas 10 minutes, ils avaient établi qu'il fallait espacer les mots suffisamment sur la ligne sinon on ne pouvait pas les relire.

Ca n'a pas l'air comme ça, mais j'ai des collègues de CM2 qui courent encore après ce résultat ...

Freinet va vite devenir mon meilleur ami à ce rythme là :D

samedi, juillet 28 2012

Et le canard se fait encore manger ....

A mon sens, la qualité d'une oeuvre se mesure à la capacité qu'elle a de nous faire vivre l'intrigue.

Elle pourrait décrire la lutte d'un pauvre gars en train de déboucher un évier réfractaire, si c'est bien écrit, si les mots collent, si l'ambiance y est, on y prendra plaisir. Dit comme ça, ce n'est pas transcendant, mais avec un exemple plus parlant, vous allez peut être un peu mieux comprendre.

Quand j'étais petite, à l'école et à la maison, on avait le disque 33 tours de Pierre et le Loup, raconté par Gérard Philipe. J'adore cette histoire, ce disque (encore en vie chez ma mère) et cette musique. Mais à chaque fois, il provoquait une grande frustration et une profonde colère. Parce qu'à chaque fois, le canard se fait bouffer.

Petite, j'avais pas mal d'idées farfelues. Les gens changeaient de sexe à l'adolescence, si on sautait sur premier bond on pouvait s'envoler jusqu'au prochain bond, les adultes allaient forcément rajeunir pour qu'une fois grande, moi aussi, je puisse leur donner une fessée. Une autre idée farfelue était que les livres n'étaient pas écrits définitivement. Je ne comprenais dons pas pourquoi systématiquement le canard se faisait manger alors qu'il lui suffisait de rester dans sa marre pour survivre. Et à chaque fois, j'enguirlandais ce stupide palmipède.

Je me souviens avoir dis plusieurs fois " j'espère que la prochaine fois il aura compris ". Devant l'oeil interrogateur de ma maîtresse, je me suis dit qu'on n'allait pas entrer dans des explications plus approfondies. Si elle n'avait pas compris cette évidence qu'a chaque fois qu'on rouvrait le livre, réécoutait le disque, le canard avait le choix de vivre ou pas, je n'allais pas lui apprendre.

Finalement, en relisant Orgueil et préjugés pour la ..... Xème fois, j'ai enfin compris ce que j'avais plus ou moins deviné à l'époque.

Une oeuvre réussie est une oeuvre qui peut vous faire revivre indéfiniment son histoire avec le même plaisir, la même attente et les mêmes espoirs qu'à la première lecture. Juste parce que c'est bien écrit.

mercredi, juillet 18 2012

Petits inconvénients à avoir un enfant en bas âge (4)

Le Roi Lézard a bon goût. Enfin nous trouvons. Parce qu'il aime le punk. Sex pistols, Berruriers noirs, The clash, Les sales majestés, tous les grands classiques y passent.

L'inconvénient ?

Il veut danser dans nos bras en écoutant la musique.

Il fait 11,5 kg.

Je vous laisse imaginer ce que ça peut donner de danser sur du punk avec un poids de 11 kg qui bouge et sautille dans vos bras.

Je crois qu'on va mourir d'un infarctus avant sa prochaine période musicale T___T

mardi, juillet 3 2012

Petite pensée entre amis

Ils se reconnaîtront, mais ces jours ci je pense à plusieurs personnes en espérant que sincèrement que tout ira bien.

Entre les doutes, les déprimes, les culpabilités, le boulot qui submerge tout ou les angoisses, je trouve beaucoup de monde en difficulté autour de moi.

Alors rien que pour eux, je me permets de le dire publiquement :

Accrochez vous, vous (m') êtes précieux.

dimanche, juin 24 2012

Petits inconvénients à avoir un enfant en bas âge (3)

Il arrive à tout le monde de voir des trucs vraiment crades (pas gores, juste crades), genre un chien qui mange des cottes de chats, un homme qui se roule dans son vomi, des trucs qui vous donnent la nausée quoi.

Rassurez-vous, ceux qui ont eu on enfant savent de quoi je parle, de ce côté là, ils sont très inventifs.

Il y a quelques jours, j'ai vu le Roi Lézard se servir de ma coupe menstruelle pour boire. Elle était propre, stérilisée et tout. Mais bon ma COUPE MENSTRUELLE quoi !!!! Il est tout simplement allé la chercher dans son tiroir, l'a ramenée dans son bain et s'en est servie comme d'un verre à vin.

Alors c'est qui le roi du crade ?

jeudi, juin 7 2012

Petits inconvénients à avoir un enfant en bas âge (2)

Le Roi Lézard est passionné de tout ce qui fait du bruit, motorisé et de préférence avec des roues plus grosses que lui. Vu qu'il mesure 90 cm, ça englobe à peu près tous les véhicules.

Ainsi depuis maintenant 1 an, les éboueurs nous saluent tous les matins où ils passent dans la rue car le Roi Lézard a pour principe de les regarder à chaque fois. Accoudé à la rambarde du balcon, une main libre pour saluer, il les encourage d'un air très concerné. Vu que les éboueurs du quartiers se sont donné le mot, ils arrivent au niveau de notre immeuble en regardant d'abord notre étage plutôt que nos poubelles. Au moins ça leur donne le sourire.

Mais depuis peu, le Roi Lézard fait de même avec les gens qui sortent du parking de la banque en face. Chaque voiture qui passe, il secoue la main, toujours vautré dans nos bras et accoudé à la rambarde. Et quand certains le remarquent et lui rendent son salut, c'est l'euphorie.

Je sens qu'on n'a fini de se marrer.... et de se faire des biceps en béton.

lundi, juin 4 2012

Antipathie et enseignement ne font pas bon ménage non plus

Jusqu'à présent j'étais bénie des dieux de l'éducation et de l'instruction : aucun, je dis bien aucun de mes élèves ne m'était antipathique. Jusqu'à ce que le Joker arrive. Il tire son surnom de son sourire qui rappelle immédiatement le personnage interprété par Jack Nicholson dans Batman.

Sans rire, ce gamin à 4 ans tient plus du psychopathe que de l'agneau, mais c'est pas grave.

Bref, le Joker a fait s'écrouler mon éden d'empathie que je m'étais forgée au bout de 4 ans d'enseignement et de la 20aine d'écoles où j'ai travaillé. J'aimais les élèves et les élèves m'aimaient.

Ou pas.

Et je découvre avec stupeur qu'il est très difficile d'être impartiale quand on a un élève dans le nez. Mais lisez ce qui suit, et vous me direz si c'est facile d'être impartial avec le Joker.

- Maîtresse, il m'a pincé.

- Et t'avais fait quoi pour qu'il t'en veuille ? je parie que c'est de ta faute. Ah et comment ça s'est passé ?

- On jouait.

- Tu n'es pas capable de jouer, tu es juste bon à enfoncer un crayon dans l'oeil du garde du corps de ton ennemi. Et vous jouiez à quoi ?

- Au gendarme et au voleur, il n'a pas voulu que je l'interroge.

- Et tu l'interrogeais comment ?

- Bah, en lui tapant dessus.

- Et donc il t'a pincé pour se défendre ?

- Non, pour que j'arrête de l'étrangler.

Riez, riez, mais je vous promets que c'est véridique, j'ai juste modifié la grammaire un peu balbutiante de cet élève de 4 ans.

L'avantage c'est que le Joker n'est pas dissimulateur. S'il fait une connerie, il l'assume et si ce n'est pas lui le responsable je peux être certaine qu'il le dira et que je pourrai le croire. Mais je vous promets que c'est dur de garder un comportement bienveillant.

mardi, mai 15 2012

Entorse et chariot ne font pas bon ménage

Bon j'ai voulu faire ma djeuns, devenir stable et sexy. J'ai fait du roller. Je sais sauter, rouler, presque freiner et me casser la figure. Du coup je me suis explosé la cheville.

Et je découvre les joies des béquilles au milieu des légos ( " la tristituuuude, c'est quand tu marche sur un toutou petit légo " Oldelaf aurait pu rajouter " avec ton seul pied valide "), au milieu des bougies (la tendance pyromane du roi Lézard se confirme), au milieu des chats (qui n'ont plus aucun instinct de survie), au milieu des cubes en carton.

A la rigueur, si ça limitait à ça, je ne m'en plaindrais pas. Mais le Roi Lézard a découvert le plaisir de pousser son chariot en plein air. A force de le voir piquer les poussettes des autres au parc et après une prise de tête entre l'Homme et une nounou pas prêteuse, on a décidé que, puisqu'il voulait pousser un truc, on pouvait essayer de le faire pousser son chariot dehors.

Succès critique. Fier comme tout, le roi n'est pas son cousin quand il déboule à toutes vitesse derrière son chariot en bois. L'avantage, c'est qu'il fait tellement de bruit que même les petites vieilles sur le trottoir savent qu'il faut se ranger. Il snobe tout le monde sur un air de reulingue reulingue relingue : chat, chien, gamine en poussette, nounou pas prêteuse (vengeance !!!!) et mère en béquilles.

Parce que du coup, une fois le Bidou passé en relingue relingue, les voisins entendent la mère passer en cthingue chtingue (mes béquilles ne sont pas discrètes).

Du coup on part en famille non pas au parc, mais sur le parking d'en face. Et je suis certaine que tous les voisins sont écroulés de rire à voir un lutin de 80 cm pousser son chariot poursuivi par un Chlipou décontracte et une Shiki haletante et béquillante.

M'en fout, dès que ma cheville dégonfle, je reprends les rollers pour devenir stable et sexy. J'ai dit.

mardi, mai 8 2012

Paladin loyal bon/Assassin chaotique mauvais

Je lisais il y peu que les profs allaient forcément tous voter Hollande puisqu'il leur promettait des postes en plus et que ça leur ferait moins de boulot à cette bande de fainéants. Je crois que je n'ai pas réussi à rendre le ton exact du propos de cet internaut anonyme, j'ai même l'impression de l'avoir aseptisé. Passons.

Et là j'ai juste envie de répondre " Si seulement ! ".

Mais non, désolée, plus de prof ne veut pas dire moins de travail pour nous. Ca veut juste dire moins d'élèves dans les classes.

Et si on a moins d'élèves, on peut s'occuper on peut mieux de chacun. Calculez : 6 heures de cours par jours divisées par 31 ou 25, ça fait pas le même nombre de minutes par élèves à le fin de la journée. Quand on a 31 gamin on peut consacrer à chacun 11,61 minutes, quand on en a que 25, c'est 14, 25. C'est un calcul boiteux, parce qu'on ne fait pas 31 cours particuliers, mais je ne vois pas pourquoi je ne me servirais pas des moyennes à la noix de l'éducation nationale pour justifier mes revendications.

Et n'oubliez pas qu'un bon élève a autant besoin qu'un élève en difficulté d'attention.

Le pire, c'est que cet internaut sera le premier à dire que si son gamin a du mal, c'est parce que les profs s'en foutent de lui. On ne s'en fout pas, mais actuellement, disons-le clairement, un gamin qui est au 36ème sous-sol, on n'a plus le temps de s'en occuper, c'est trop tard, ça demanderait trop de temps, trop d'énergie qui pourrait être utilisée à meilleur escient avec des gamins qu'on pourrait sortir de la merde parce qu'ils le sont moins (dans la merde). Alors on essaie de sauver ceux qui ne sont qu'au 10ème sous-sol.

C'est vache à dire, mais qui voulait rémunérer les profs au mérite ? On est en plein dedans. Et ça, avec ou sans Sarko, c'est pas près de changer, je le crains.

Si seulement cette étiquette de fainéants ne nous collait pas à la peau. Ca fait un bail que les classes ne se font plus en silence avec le maître au tableau qui débite un savoir à des élèves notant avec application. Et même à cette époque, ça ne marchait pas pour tout le monde. Les vacances me servent à bosser, les week end aussi, les mercredis aussi, les soirs et les nuits aussi. Une fois de temps en temps j'aimerais que les gens arrêtent de croire qu'on n'agit que dans notre intérêt personnel et qu'on se fout des élèves. Ceux qui pensent comme ça ne font pas long feu.

mardi, avril 24 2012

Puisqu'il ne faut rien lâcher...

Bon, vous vous en doutez, j'espérais un poil plus de ces élections. Mais c'est pas grave, l'espoir est toujours là.

L'espoir d'avoir un jour une politique plus humaine, qui prenne en compte nos besoins avec une vision à long terme (tout ça ???).

Et puisque je repars pour 5 ans de militantisme gauchiste, autant commencer dès maintenant.

Voici un petit lien où les élèves de maternelles et les poules pondeuses d'élevages sont judicieusement comparés.

http://maternailes.net/leblog/index.php?post/2012/Un-bouclier-vital-

Juste pour info : j'ai croisé une classe de Petite/moyenne/grande section à 37 élèves.

Qui de vous a envie que son enfant soir dans cette classe ? Franchement, pour sa première année à l'école, je ne vois pas pourquoi votre enfant serait traumatisé :p

samedi, avril 21 2012

Zone de turbulences

Dans un avion, quand on entre dans une zone de turbulence, on nous dit d'attacher nos ceintures.

Et dans la vie, elles sont où, ces putains de ceintures ?

PS : n'oubliez pas d'aller voter, même une feuille de PQ.

jeudi, avril 19 2012

Les absents ont toujours tort, alors les morts ....

Quand un Roi Lézard arrive, tout prend une autre mesure.

Les chats deviennent des bêtes sauvages qui peuvent étouffer à poil nu un petit être rose de 3,5 KG, alors qu'avant ils étaient juste un poids un peu chiant à pousser sur le lit.

Les fêtes des voisins deviennent un meurtre organisé sur la durée pour faire mourir de fatigue une famille entière, alors qu'avant c'était juste des jeunes.

Le travail devient une affaire secondaire alors que c'était un dossier top urgentissime.

Le compagnon devient un pilier de famille alors que c'était un sex toy (de toute façon après une épisiotomie, y a plus de sexe pendant un moment).

Et les morts qui manquaient juste deviennent de sales lâcheurs qui ne nous donneront jamais de réponses aux questions du nouvel arrivant.

Pour ce qui est du grand père maternel du Roi Lézard, difficile de ne pas tomber dans les poncifs. Ne faisant jamais les choses à moitié, sa note de popularité va de " mon père ce héros " à " mon père ce blaireau ".

Comment aurait-il voulu qu'on l'appelle ? Pépé ? Grand Père ? Y ?

Qu'est ce qu'il aimait ? Répondre la chantilly en bombe et le saucisson ça fait un peu court. Rajouter l'intégrale des écrits de Lénine, ça fait un peu connoté (déjà que la boîte à musique du Roi Lézard joue l'Internationale...). Dire ta Grand Mère, ça pose la question suivante : pourquoi ils se sont séparés ?

Dans ces cas là, le spiritisme semble une bonne idée, mais je doute de l'efficacité de la méthode.

L'oubli peu paraître une bonne solution, mais n'étant pas le seul membre de ma famille survivant, il finira par apprendre que j'avais un père. Fatalement.

L'invention, ça peut être fun : " Ton Grand Père était un homme formidable, il était secrétaire de Lénine et sténographiait tout ce qu'il lui disait en mangeant du saucisson et de la chantilly en bombe. " Mais gare aux anachronismes.

Ne pas anticiper pourrait être simple, mais si je peux répondre à des question genre " pourquoi les mouches peuvent marcher au plafond ? " je me vois mal sécher à " ton père il aimait la confiture de myrtille ? " .

Ou alors je délègue : demande à ta Grand Mère. Tant qu'elle est encore en vie, ça marchera. Mais après ?

" Et Mémé, elle aimait la couleur jaune poussin ? "

Et m........

mercredi, mars 21 2012

Petits inconvénients à avoir un enfant en bas âge.

Prenons quelques situations courantes d'une famille ordinaire :

Problème :

L'Homme : J'étends la lessive !

Moi : Ça m'étonnerait, ça fait moins d'une demi heure que je l'ai lancée.

Ouverture du hublot, déversement d'eaux et de jurons.

L'Homme : Mais pourquoi tu l'as éteinte en plein cycle ?

Roi Lézard qui passe avec son chariot plein de PQ déchiqueté, en voyant la machine à lavée : OOOOOOOOOOOOOOOOOOh ! Daï daï daï daï groubloublougrou !

Roi Lézard Piétine l'eau, ferme le hublot et tourne le bouton de la machine dans tous les sens, puis regarde son père : Daï !

Solution :

Placer une barrière à l'entrée de la cuisine.

mercredi, novembre 30 2011

Une marche trop grande

J'ai un nouvel élève. Pas méchant, disons qu'il se fond bien dans ma classe (j'ai le chic pour récupérer les classes où tous les collègues décomptent les années qui les séparent d'eux depuis la petite section en se disant "aïe, plus qu'une année avant eux" ). Disons qu'il rajoute une note que je n'avais pas encore : il vient d'une école privée.

J'avais un musulman, une grande gueule, un teigneux, trois boudeurs, des baobabs qui avaient malencontreusement poussé dans les mains de certains de mes élèves, trois choupinous, un autiste, quatre en manque d'affection notoire.

Et maintenant j'ai le catho.

Pour l'instant il ne fait pas trop de pub. Et il a l'air de bien s'entendre avec mon petit musulman. Jeudi 1er décembre on va donc faire une journée découverte de nos religions. Histoire de montrer que de tout façon Dieu est unique, qu'il nous aime tous et peu importe si on égorge un poulet, une dinde, un mouton ou un ministre de l'éducation nationale, c'est l'intention qui compte.

Que vient faire l'égorgement du ministre de l'éducation nationale là-dedans ? J'y viens.

J'ai récupéré ses cahiers et ses classeurs. Et on les a ouverts avec les collègues. L'élève est dyslexique, on nous a dit qu'il était turbulent et pas très doué. On s'attendait à beaucoup de choses.

En fait rien, le cahier est bien tenu (avec ratures et fautes, mais ça reste lisible). Du coup on a commencé à regarder ce qu'ils avaient fait en 10 semaines, histoire de se placer sur une échelle de comparaison. Et là on a pleuré. Ils avaient fait moitié plus de choses que nous, des documents imprimés en couleur, des fiches technique très complètes, des évaluations tous les deux jours, des classeurs quasiment remplis et des notions difficiles abordées et à priori comprises. Même d'un élève où sur le livret était marqué "élève difficile, retard".

D'abord le découragement. Le privé est bien meilleur que nous. Pas étonnant qu'ils aient des élèves meilleurs que les nôtres au collège, on ne tient pas la route à côté.

J'ai ensuite gratté le verni en parlant avec mon élève.

Conclusion : 3 heures de devoirs tous les jours après la classe, il finissait à 20h tous les soirs, à 9 ans. Punitions abusives et injustes (recopier 300 fois je ne dois pas faire de rature sur mon cahier). Élimination des élèves en difficulté pour ne pas ralentir la classe (comme ils ont fait avec lui, sinon il serait encore là-bas).

Et là, une bouffée de colère m'a submergée. Colère contre cette éducation privée qui s'autorise à juger et éliminer des enfants qui ne rentrent pas dans leurs cases. Colère contre l'éducation nationale, l'Etat qui favorise l'école poubelle où seuls les enfants en difficulté finissent par venir mais sans nous donner les AVS pour combattre les handicaps, l'encadrement pour permettre à ces enfants de se sentir bien même quand ils doivent affronter les pires situations sociales à la maison, ou simplement le matériel nécessaire pour faire cours. On a un Tableau blanc interactif ? youpi, mais du coup on nous sucre la moitié des budgets manuels scolaires. Une classe est donc suréquipée en informatique et les autres ont moins d'un livre pour deux. En colère contre les parents aussi (enfin certains) qui nous répondent que l'orthophoniste pour les enfants c'est des conneries et que de toute façon l'école ne sert à rien donc il ne fera pas ses devoirs et puis c'est tout. Et contre d'autres parents qui n'apprennent pas à leurs enfants qu'on ne coupe pas la parole et qu'on doit le respect à tout le monde, les maitres mais aussi les copains, les cantinières et le matériel. Et en colère contre moi qui n'arrive toujours pas à trouver du temps pour les élèves en très grande difficulté ou de l'occupation pas trop conne pour les très doués.

Je fais une classe moyenne pour des élèves moyens dans une école moyenne. Ça pourrait être pire, je pourrais faire une classe pourrie, pour des élèves qui n'y comprennent plus rien, dans une école pourrie.

Alors que moi je rêvais de leur faire découvrir le monde, leur faire aimer la grammaire, la rendre limpide, leur permettre de venir sans angoisse, sans peur, leur faire comprendre qu'une évaluation c'est juste un bout de papier pour le ministre, mais surtout pas une épreuve, un gouffre plein de pièges. Je voudrais pouvoir être dans une école où je reste suffisamment longtemps pour voir mes élèves toute une année. Mettre en place avec des collègues des classes ouvertes, pour que chaque élève ait un cours à son niveau. Et ne plus être balloté d'une matière à l'autre en prenant ce qu'il peut et en espérant ne pas se noyer.

Je rêve toujours de ça d'ailleurs. Une école égalitaire, une école juste et qui serve à quelque chose.

Mais là j'ai juste l'impression que pour arriver à ça, sur l'escalier du métier, j'ai encore mille étages à franchir. Et pour accéder à chacun, des marches plus hautes que l'Everest.

Mon petit catho m'a apporté un drôle de cadeau pour Noël...

mercredi, novembre 16 2011

Terrorisme digestif

J'ai toujours pensé qu'un petit acte était toujours plus intéressant qu'un grand discours.

Avec les présidentielles qui arrivent je pense aller faire un tour à quelques réunions politiques organisées par des partis qui ne seraient pas de mon bord.

Il faut juste avant prendre un bon repas et à l'arrivée avaler un vomitif très efficace.

Surtout ne pas se retenir et tenter d'asperger le plus de monde possible autour.

Avec leur odorat trop sensible, y en a bien un ou deux qui vont prendre la relève.

Alors certes ce n'est pas très sain pour ma santé, mais avec une bonne raclette le lendemain je suis sûre de rattraper le coup. Et puis si on n'y met pas un peu du sien, les causes justes n'aboutiront jamais.

- page 1 de 9